Home >> Galerie >> Détails - DES GENRES DES IDENTITÉS

Calendrier

Courriel Imprimer

Galerie

Des le 04.11.2011 au 04.12.2011
DES GENRES DES IDENTITÉS 
 

Description

Exposition collective de 6 artistes

 

Espace Noir propose en Novembre un mois thématique sur la question des genres. Une exposition collective composée des œuvres 6 artistes interprétant les notions de genres féminins, masculins, trans, hétéro, homo mais aussi de la parité, l’égalité, l’ambiguïté sociale et politique.

Nous vous invitons cordialement au vernissage de l’exposition

« DES GENRES DES IDENTITÉS »

Vendredi 4 novembre dès 18h.

La diversité des réflexions va de paire avec les multiples médiums présents dans cette exposition tels que le dessin, le film d’animation, la photographie argentique, la vidéo, la sculpture et le jeu interactif !  

DELPHINE JOLAIN BOCZKOWSKA / FLORIAN DUFFEY/ JULIEN BERBERAT / MAELLE CORNUT / NICOLE MURMANN / NICHOLAS LEVERINGTON

Nicole Murmann, née en 1984, vit et travail à Lausanne, diplômée de la HKB

« Des stéréotypes et des catégorisations. Un besoin de certains de pouvoir mettre l’autre dans une petite case afin de se rassurer, une peur de soi et de l’autre, de celui qui sera différent. Dans ce contexte,  les personnes intersexes, transgenres, subissent de ce fait, encore plus, étant donné que les autres veulent leur coller des étiquettes qu’ils ne trouvent pas. » Nicole a décidé d’utilisé le média de la photographie, afin de « mettre en lumière l’autre, juste ce qu’il est. » Elle a décidé de faire ses images, dans leurs chambres à coucher, chacun est assis sur son lit. « J’ai choisi la chambre à coucher, parce que c’est un lieu intime et personnel et en même temps banal, pour tout le monde, le lit est utile pour le repos et le  sexe. »

Julien Berberat, né en 1988, vit à Lausanne et étudie à la HEAD Genève

« La question du genre est particulièrement présente dans le monde politique. Le climat électoraliste ambiant en témoigne un fois encore. Les questions de quotas, de représentation équitable sur les listes sont des thématiques sans cesse ré abordées.

La parité est par beaucoup considérée comme acquise. Elle dépasse même les questions de genre. En se penchant d'avantage sur la composition de nos représentations politiques, outre les disparités manifestes entre les sexes, la représentation en termes de profils économiques, professionnels, confessionnels, est plus qu'inégale.

La question que je me permets de poser est la suivante : dans quelle mesure nos dirigeants politiques représentent-ils vraiment le peuple qui les élit? 17,4% de femmes au conseil des états? Quelles représentations des minorités religieuses, ethniques? Combien de personne issues des classes populaires?

J'offre le terrain de jeu et invite le spectateur à le (dés) organiser, le modifier et interagir directement dessus. Je souhaite donner l'occasion, de se positionner de manière ludique et désorganisée sur un parlement idéal. »

Delphine Jolain Boczkowska, née en 1980 vit et travail à Bex et Sierre, diplômée de l’ECAV.

En collaboration avec son mari Dawid Boczkowski, l’artiste « propose une fois encore une composition d'appareils technologiques tout droit sortis de nos "poubelles" ».

Maëlle Cornut, née en 1986 vit et travaille à Genève et à Sion, étudie à la HEAD

Surnommée la féministe durant ses études, elle conduit alors une recherche autour de cette thématique à la HEAD à Genève, qui aboutit à un court-métrage d’animation. FABRIK raconte donc la vie de personnages indéfinis, mais néanmoins clairement sexuellement différenciés. Sa pratique du dessin et de l’animation entretient une relation discursive avec des écrits sur le féminisme et le genre. L’hybridation est une thématique et une forme récurrente, dont l’origine provient de l’écrivain Donna Haraway. « J’envisage l’hybridation et la multitude qu’elle implique comme un moyen de sortir des autoroutes, un argument capable de nuancer/atténuer les catégories de genre. »

Florian Duffey, né en 1985, vit et travail à Morges, diplômé de l’ECAV

Celui qui a peint le fumoir d’Espace Noir en 2008 revient avec ses pinceaux pour une monstrueuse démonstration dont il nous réserve la surprise.

Nicholas Leverington, né en 1966, vit et travail aux Marécottes, diplômé de l’ECAV

"We Fuck Our Shelves"   ou "on baise nos étagères", cette sculpture « parle des vies intimes souvent cachées parfois "trop" exhibées mais rarement vécues "au naturelle".

Exposition à découvrir du 4 novembre au 4 décembre 2011, ma-di 09h-22h

DES GENRES DES IDENTITÉS