Home >> Politique >> Infokiosque >> Détails - Journée thématique ROM

Calendrier

Courriel Imprimer

Infokiosque

le 13.06.2015
Journée thématique ROM 
 

Description

Cette journée sera consacré à la thématique Roms. Tout d’abord, l’exposition d’Eric Roset, un photographe genevois, portant sur la cause Roms vous sera présentée. Ensuite, nous accueillerons les deux réalisatrices du film-documentaire L’oasis des mendiants qui viendront parler de leur expérience juste après la projection du film. Pour finir, un concert de musique balkanique sea organisé pour valoriser le côté festif de cette population.


17h Vernissage de l'exposition d'Eric Roset

Silivaş est un petit village situé dans la campagne de Transylvanie. C’est un village « comme un autre » de Roumanie. La partie rom, très pauvre, est séparée de celle des Roumains. Accéder à l’école y est plus qu’ardu. De fait, la majorité de la population ne sait ni lire ni écrire. Le cimetière ne se partage pas. Les Roumains sont enterrés sur le terrain de l’Eglise, les Roms sur un terrain de remblais. La discrimination sociale se poursuit jusqu’après la mort. Eric Roset a réalisé 4 séjours à Silivaş entre 2011 et 2015. Ses photographies nous engagent dans le quotidien de ce village. Bien sûr, on ne comprend pas l’entier de ce qui est en train de se dérouler. On partage ce quotidien le temps d’un instantané. La pauvreté matérielle frappe comme un contraste avec l’expressivité des visages et une intensité de vivre qui ressemble à une joie d’être au monde.

Deuil d’un enfant, réception d’un document administratif – amendes pour mendicité venant de Genève, lessive dans des bidons, martelage d’un fer à cheval, allaitement, plaisir d’une cigarette. Ce sont des actes simples, bruts, qui font éclater l’extrême précarité des conditions de vie. Les maisons sont rudimentaires et brinquebalantes. Les vêtements sont sales. Si la plupart des familles de Silivaş partent tenter leur chance dans des villes européennes, et notamment à Genève, ce n’est pas par appât du gain, par amour inné du nomadisme ou parce que l’herbe y serait plus verte, mais bien poussées par une pauvreté crasse. Parce que les murs en torchis ne tiennent plus debout. Silivaş, au milieu de la plaine déserte, n’est pas un paradis perdu et romantique, mais un village sans eau courante ni canalisation où l’inégalité économique et les risques sanitaires sont majeurs. Partir de cet endroit est une nécessité vitale.
Le travail d’Eric Roset nous invite sans un bruit à Silivaş, village européen. Les maisons y sont ouvertes. « Elles n’ont pas toutes de portes ».

18h Projection du film documentaire l'Oasis des mendiants

Comment perçoit-on l'arrivée et l'installation des populations rom au coeur des villes d'Europe occidentale ?
Entre fantasmes et réalités quels sont les ressentis et réactions des habitants ? Le film retrace sur deux ans et demi de tournage les étapes d'une initiative anti-mendicité et ses répercussions sur le quotidien des mendiants roms en Suisse, à Lausanne.

19h30 Repas

032 941 35 35 pour réservation

21h00 Fanfare Vagabontu (live)
Entrée : 12.- / 10.- membre ACEN

La Fanfare Vagabontu s'est produite pour la première fois sur scène à l'occasion du festival du Soleil à Marseille en juin 2005. Cette formation est composée de 8 musiciens : deux musiciens de la communauté rrom de Marseille rejoint par six confrères fraîchement débarqués de Moldavie, région située au nord de la Roumanie.
Tous sont nés dans les villages des environs (Zece Prajini, Doaga, Pungiesti) et se sont rencontrés dans les mariages et les baptêmes locaux. Car la musique de fanfare en Moldavie continue d'occuper une place importante dans la vie quotidienne. L'apparition des instruments à vents dans la région date en fait de l'occupation ottomane de la Roumanie et des Balkans. Les trombones et les flûtes chalumeaux étaient destinés à faire fuir l'ennemi !
Mais la composition des fanfares moldaves telle qu'elle est utilisée par les musiciens rroms aujourd'hui, a été réintroduite par les minorités allemandes et autrichiennes à la fin du 19ème siècle. Les hommes apprennent dès l'enfance à jouer avec leurs aînés et les mélodies comme les horas, sirbas et ruseascas sont interprétées à des rythmes effrénés.
Par son souffle chaud et cuivré la fanfare Vagabontu célèbre l'âme tsigane dans des fêtes incandescentes.
Animés d'un esprit festif, les musiciens de la Fanfare Vagabontu ont donc répandu leur musique brise-grisaille sur les marchés, dans les bistrots et salles de concerts . Leur tourbillon de vents venus de l'Est entraine tout sur son passage symbole fort d'une fanfare facetieuse et joueuse, frenetique et ravageuse...jusqu'au petit matin!
GARE! LES VAGUES ABONDENT!
Journée thématique ROM